Bas partage un message sur sa crise personnelle et révèle qu'il a presque annulé sa tournée

Les difficultés personnelles de Bas l'ont presque amené à annuler sa tournée – mais, comme il l'a récemment révélé, il a réussi à s'en sortir.

C'est ce qu'il a avoué à ses fans dans une publication Instagram samedi 23 mars. Même si l'artiste de Dreamville n'a pas expliqué en détail ce qu'impliquaient ses « luttes personnelles », le rappeur new-yorkais a admis qu'il aurait annulé la tournée sans la foule. réponse lors de son spectacle du vendredi soir (22 mars) au Summit Music Hall de Denver.

CHARGEMENT DE L'ANNONCE…

« Mon monde s'est effondré sur moi cette semaine, pour des raisons personnelles que je ne me sens pas vraiment à l'aise de partager », a-t-il commencé. «J'avais ce poids sur ma poitrine qui semblait immobile, incommensurable, suffocant. J’envisageais d’annuler les dates restantes de cette tournée.

Il a poursuivi : « Mes pensées les plus sombres m’ont convaincu que je ne ressentirais plus jamais de joie. Pourtant, pendant 75 minutes à Denver ce soir, c'est exactement ce que j'ai ressenti. Une pure exaltation. Vous ne saurez peut-être jamais l'étendue de ce que vous avez fait pour moi ce soir à Denver, Colorado, mais je vous suis éternellement redevable. Tu m'as soulevé. Tu m'as donné des ailes. J'avais besoin de toi plus que les mots ne peuvent l'exprimer. Je t'aime et je te remercie. À partir de. »

Consultez l'article ci-dessous.

Au début de l’année, Bas a fait la une des journaux lorsqu’il a commencé à se plaindre de l’utilisation de l’argent des contribuables pour fabriquer des armes dans une publication sur les réseaux sociaux le 11 janvier.

Le jour où la Maison Blanche a annoncé des frappes militaires à l'étranger et deux jours seulement après que l'administration Biden ait contourné le Congrès pour envoyer plus de 100 millions de dollars de munitions de char à Israël pour sa guerre à Gaza, la déclaration de Bas a exprimé sa frustration face à La politique étrangère américaine, qui, selon lui, « créait activement une génération de [so-called] 'terroristes' » par « massacre[ing] innocents dans le monde entier au nom de l’impérialisme occidental.

« Avant, je ressentais un certain sentiment d’accomplissement lorsque je payais mes impôts. Adulte 101. Un membre actif de la société. En réalité, je ne fais que financer la mort, la destruction et l'impérialisme », a-t-il écrit.

Bas a admis que la faute n’en incombait pas uniquement aux politiciens.

« Nous sommes complices de notre incapacité à exercer une quelconque pression sur nos élus », a-t-il poursuivi. « Pourtant, me voilà accro au dollar. »

« Laissez-moi récupérer mes pièces et fumer les dures réalités », a-t-il conclu. « Cette merde est putain de dingue mec. »