Diddy demande le rejet du procès pour agression sexuelle car il a été déposé trop tard

Diddy a déposé une requête en rejet d'une poursuite pour agression sexuelle déposée par un accusateur anonyme, affirmant qu'elle avait déposé la plainte après le délai requis.

Selon des documents judiciaires obtenus par HipHopDXle magnat de Bad Boy en difficulté, qui «denie catégoriquement[ies] » Les accusations, ont fait valoir que la disposition de « reprise de réclamation » de la loi sur la protection des victimes de violences motivées par le genre (VGM), une loi de la ville de New York, est préemptée par la loi sur les survivants adultes et la loi sur les enfants victimes, une loi de l'État. Pour cette raison, l’accusateur aurait dû intenter une action en justice d’ici août 2021, selon l’analyse du Presse associée.

CHARGEMENT DE L'ANNONCE…

Au lieu d'une déclaration officielle, le publiciste de Diddy a souligné le paragraphe du procès qui aborde directement le sujet.

« En haut de la plaidoirie du plaignant se trouve un « avertissement déclencheur » audacieux et juridiquement non pertinent, calculé pour attirer l'attention sur ses allégations salaces et dépravées », peut-on lire. « Cette cascade vise à mettre en évidence une réclamation sans fondement et prescrite, qui a été conçue pour causer aux défendeurs de Combs une publicité indésirable, de l'embarras et des coûts financiers, afin que le demandeur puisse en extraire une récupération financière imméritée. »

CHARGEMENT DE L'ANNONCE…

La déclaration continue : « M. Combs et ses sociétés nient catégoriquement l'histoire vieille de plusieurs décennies du demandeur contre eux, qui a déjà causé des dommages incalculables à la réputation et à la situation commerciale des défendeurs Combs, avant même qu'aucune preuve n'ait été présentée. Le demandeur ne peut pas prétendre à quel jour ou à quelle heure de l'année l'incident allégué s'est produit, mais il prétend se rappeler miraculeusement des détails les plus saillants avec précision… Cette affaire devrait être rejetée maintenant, avec préjudice, pour protéger les défendeurs Combs contre d'autres atteintes à leur réputation et devant d'autres parties et les ressources judiciaires sont gaspillées.

Dans sa plainte, initialement déposée fin 2023, la femme affirme que Diddy, alors président de Bad Boy, Harve Pierre, et un troisième homme l'ont violée après avoir consommé de la drogue et de l'alcool. L'incident présumé, dit-elle, a eu lieu en 2003, alors qu'elle était encore au lycée.

CHARGEMENT DE L'ANNONCE…

L'un des avocats de la femme a répondu au dossier de Diddy en disant : « À ce stade, personne ne devrait prendre au sérieux ce que dit « Diddy » ou ses avocats. La motion d'aujourd'hui n'est qu'une tentative désespérée de Combs pour éviter de répondre des allégations de viol collectif et d'agression sexuelle de Mme Doe. Cela ne marchera pas.

Consultez une partie du dossier ci-dessous.

Le mois dernier, Diddy a fait valoir qu'un autre procès contre lui devrait être rejeté parce qu'il ne pouvait pas être poursuivi pour avoir enfreint des lois qui n'existaient pas à l'époque.

Plus précisément, la requête indiquait qu'au moment de l'attaque présumée contre Joi Dickerson-Neal en 1991, certaines lois qu'elle cite dans sa poursuite, notamment celles concernant la vengeance pornographique et la traite des êtres humains, n'étaient pas encore en vigueur.

Dickerson-Neal affirme que le rappeur et producteur l'a droguée et violée au début des années 90, tout en filmant l'acte.

Il a nié ces allégations, déclarant par la voix de son porte-parole : « Ce procès de dernière minute est un exemple de la façon dont une loi bien intentionnée [New York State’s Adult Survivors Act] peut être retourné sur la tête. L'histoire de Mme Dickerson, vieille de 32 ans, est inventée et peu crédible. M. Combs ne l'a jamais agressée et elle met en cause des sociétés qui n'existaient pas. Il s’agit simplement d’une ponction d’argent et rien de plus.

CHARGEMENT DE L'ANNONCE…

En février, un producteur nommé Rodney « Lil Rod » Jones a accusé le natif de New York (de son vrai nom Sean Combs) de harcèlement sexuel ainsi que de l'avoir drogué et menacé au cours d'une année.