Doja Cat répond aux réactions négatives concernant le t-shirt Alt-Right : « Ce n’est pas une attaque »

Doja Cat a évoqué le t-shirt controversé qu’elle portait à l’automne et qui mettait en vedette Sam Hyde – un comédien connu pour son association présumée avec l’idéologie politique d’extrême droite.

Le hitmaker « Juicy » s’est entretenu en profondeur avec Ebro Darden pour Apple Music dans une interview publiée jeudi 14 décembre. Tout en soulignant qu’elle n’est pas politique, la native de Californie a déclaré qu’elle ne savait pas que Hyde était un personnage controversé.

CHARGEMENT DE L’ANNONCE…

« Tout d’abord, je ne suis pas du tout une personne politique », a commencé Doja. « J’ai l’impression que quand il s’agit de ce genre de choses, je dois reculer. La politique n’est pas quelque chose que je veux intégrer dans ma vie. Je veux juste de la créativité et de la joie et juste une sorte de réalité immédiate de mes amis, de ma famille et de ma musique et peu importe. Vous ne pouvez pas tout savoir et le fait que je porte un t-shirt représentant quelqu’un que je trouvais drôle est « une attaque contre les gens » ? Ce n’est pas une attaque. Cela n’a pas eu d’impact sur le monde au point que nous devons désormais regarder derrière notre dos. Nous ne le faisons pas.

Elle a poursuivi : « Et je le sais. Et si je dis cela maintenant, je vais recevoir beaucoup de réponses du genre : « Oui, c’est vrai ! Ça va tout changer ! Je pense aussi que je suis bien trop célèbre. 100 pourcent. Je fais ce que je peux, lentement mais sûrement, pour me séparer de ce genre de récit ou du monde que j’ai en quelque sorte construit. Et je le peaufine et je l’adapte à ce que j’en attends. J’ai l’impression que peu importe ce que vous dites, peu importe ce que certaines personnes savent.

« Parce que j’ai des fans qui savent que je ne m’implique pas dans ces conneries négatives. Je suis plus juste : un mec drôle en t-shirt, il le portait ce jour-là. Mais je n’ai pas besoin de m’expliquer. Je n’ai pas besoin de faire mes preuves auprès d’un groupe de gens qui vont juste se projeter, peu importe ce que je dis, aussi. Il y a des gens incroyablement dogmatiques. Peu importe ce que vous faites, ce que vous dites, ils resteront toujours là, ‘Cette personne est mauvaise.’

Vous pouvez regarder l’interview complète ci-dessous. La conversation sur la chemise a lieu vers 7h30.

Le t-shirt en question figurait dans un selfie que Doja Cat a publié sur son compte en octobre. Après que les fans aient commenté ses commentaires et l’aient traînée pour de la saleté pour le message, elle l’a supprimé. Elle l’a ensuite relancé avec la photo de Hyde recadrée, avec une nouvelle légende : une série d’émojis qui roulent des yeux.

Cela n’a cependant pas empêché la réaction d’Internet.

Alors que la troupe de comédie Hyde’s Million Dollar Extreme se veut transgressive et subversive dans son humour, il y a eu de nombreux cas où l’humour de Hyde est tombé du côté offensant. Le comédien a été photographié en train de faire le salut nazi aux côtés du tristement célèbre troll d’extrême droite Weev, qui écrit également des tirades antisémites pour Le Stormer quotidien. Dans une autre, Hyde affichait fièrement des croix gammées derrière lui pendant qu’il jouait.

En plus d’être associée à la politique de type 4chan/alt-right (car ce n’était pas la première fois), Doja Cat a également été accusée d’adorer Satan pour les images liées au diable qu’elle a utilisées dans ses vidéoclips et ses tatouages. Mais selon le Écarlate rappeur, le récit est « ennuyeux » et « ringard ».

« J’aime l’idée de : je l’ai fait exprès et c’est une grosse ruse pour faire réagir les gens », a-t-elle déclaré ailleurs dans l’interview avec Darden. «Mais j’aime aussi l’idée de : j’aime cette œuvre d’art visuel, j’aime ce visuel pour ce son.

« J’ai donc choisi ce visuel et je l’ai appliqué au son et les gens ont inventé ce qu’ils voulaient. [want], c’est ce qu’on fait avec l’art. « Vous l’interprétez comme vous voulez l’interpréter. Tout le monde a le droit d’interpréter comme il le souhaite.

Elle a poursuivi : « Mais tout ce truc de « satanisme » très confiant, c’est comme – je suis désolée, quand ai-je dit que j’étais sataniste ? Ou même aller défiler devant l’église ? Quand ai-je dit ça, putain ?

« C’est vraiment ringard et ennuyeux et cela discrédite une grande partie du travail acharné que j’ai accompli. »