Kodak Black n'interprète plus « Super Gremlin » après avoir arrêté de fumer : « Je déteste cette chanson »

Kodak Black a juré d'arrêter d'interpréter son single à succès « Super Gremlin » maintenant qu'il a (presque) arrêté la drogue.

S'exprimant sur Instagram Live, le rappeur né en Floride a parlé de sa relation compliquée avec la chanson certifiée platine et de son parcours vers la sobriété.

« Je suis sur le point d'arrêter de jouer Super Gremlin, point final. Je déteste ce petit truc », a-t-il déclaré. « Je suis sobre, la plupart du temps (…) Comme Batman, je n'aurais pas pu attendre jusqu'à samedi (pour prendre de la drogue). Maintenant, je peux attendre quelques jours.

« C'était comme si un négro avait peur d'être sobre ou quelque chose comme ça (…) Maintenant, je peux le faire. Je peux passer deux jours sans rien, mon pote (…) C'est une motivation pour les négros de se dire que si le Gremlin peut le faire, vous pouvez le faire. »

Les réserves de Kodak concernant « Super Gremlin » reposent sur une phrase virale de la chanson où il rappe : « Je savais que le Perc était faux, mais j'en ai quand même mangé/Parce que je suis un gremlin. »

Lors d'un concert le mois dernier, Yak a exprimé ses regrets concernant cette réplique et a admis qu'avaler un faux Percocet aurait pu le tuer.

Expliquant son état d'esprit lors de l'écriture de la comptine, il a dit : « C'est triste, mec, parce que je me dis : 'Cette merde va se poser dans ma tête si vite.' Je me dis : 'Merde, je ne veux pas dire cette merde, mais je sais que cette garce va le faire, mon pote.' Un négro ne joue pas comme ça, mec.

« Quand j'étais à l'époque où je prenais des Percs, j'étais déchiré. Je jure devant Dieu, j'en prenais environ 100 par jour. En moyenne, 40 par jour. Si j'avais pris cette fausse merde, je serais mort, mon pote. »

Il a ajouté : « Je vais m'expliquer maintenant. Je ne veux pas que vous entendiez ça et que vous pensiez que c'est normal de faire ça, vous m'entendez ? Bien sûr que non. »

Après avoir lutté contre une série de problèmes de consommation de drogue et d'accusations liées à la drogue, Kodak a révélé plus tôt cette année qu'il avait réussi à maîtriser sa consommation de médicaments sur ordonnance.

« Je me souviens d'une période de ma vie où je mâchais beaucoup de Percs », a-t-il déclaré sur Instagram Live en avril. « Mec, je suis fier de moi. Je n'ai jamais été aussi heureux de ma vie, mec. Je ne sais pas d'où ça vient, qu'est-ce qui se passe. »

« Je ne vais même pas dire que je suis contre le Perc. Je n'ai jamais pris de Perc depuis que je suis à la maison. Mais mec, mon dosage est tellement faible que je n'arrive pas à y croire moi-même. Mec, je vous le dis, mec. »

Il a continué : « Avant d'aller en prison, mec, je prenais… Je peux en parler parce que c'est mon témoignage. Je n'ai pas honte de ma merde. Je prenais au moins 100 Percocet. Mec, ma moyenne était de 40 Percocet.

« Je vous le dis, mec. Je ne sais plus, au point de regarder cette merde et de me dire : « Qu'est-ce qui n'allait pas chez moi, mec ? » J'écoute ma musique et je me dis : « Mec, c'est quoi ce bordel, la famille ? »