La vente par catalogue de 740 000 $ de Young Buck déclenche une bataille juridique entre les enchérisseurs

Young Buck met aux enchères son catalogue musical, mais la vente a créé une bataille juridique entre les propriétaires potentiels.

Selon des documents judiciaires obtenus par TousHipHopStructured Asset Sales s’est opposé à l’offre gagnante déposée par Middleton Open Season Partners.

CHARGEMENT DE L’ANNONCE…

L’ancien catalogue est vendu dans le cadre du dossier de faillite de Buck, l’enchère gagnante d’Open Season s’élevant à 740 000 $.

Structured Assets a affirmé pouvoir offrir plus que les 740 000 $ pour lesquels le catalogue semblait être vendu. Il s’agit également de la même société qui a poursuivi Ed Sheeran pour violation présumée du droit d’auteur sur sa chanson « Thinking Out Loud ».

Par l’intermédiaire de son avocat, Open Season a déclaré : « Structured Asset Sales n’est rien de plus qu’un enchérisseur potentiel mécontent. Ventes d’actifs structurés, à travers son principal [David] Pullman, a reçu l’e-mail de sollicitation et n’a fait aucun effort ni tentative pour contacter le courtier ou pour participer au processus d’appel d’offres pour la propriété.

Ils ont poursuivi : « Structured Asset Sales a finalement discuté de la propriété avec le courtier à la mi-décembre, près de six mois après l’envoi de l’e-mail de sollicitation et près de deux semaines après le dépôt de la requête de vente.

« Structured Asset Sales, réalisant maintenant qu’elle a dormi sur son opportunité de participer au processus d’appel d’offres, cherche à s’opposer à la motion de vente et à perturber la vente privée à Open Season.

« La Cour d’appel du sixième circuit, ainsi que plusieurs autres tribunaux inférieurs du sixième circuit, ont déclaré que les soumissionnaires frustrés n’ont pas qualité pour s’opposer à la vente de la propriété. »

Un courtier travaillant pour le compte de Young Buck a sollicité des offres pour son catalogue l’été dernier, toutes les offres étant attendues avant le 14 juillet. Open Season a exhorté le tribunal à autoriser la vente et a demandé des frais de rupture de 25 000 $ si le catalogue était mis aux enchères. encore une fois pour couvrir les dépenses.

Une fois vendus, les frais couvriront toutes les dettes impayées de l’ancien rappeur de la G-Unit, y compris la pension alimentaire pour enfants, sa facture de téléphone portable et un privilège dû au ministère du Trésor d’une valeur de 200 000 $.

Buck avait précédemment reproché à 50 Cent d’avoir été contraint à la faillite, affirmant que son ancien patron du label l’empêchait de gagner de l’argent.

« Une fois qu’il m’a empêché de gagner de l’argent, j’ai déposé une autre faillite », a déclaré Buck. «Ils l’ont empêché de cesser et de s’abstenir alors que moi, vous savez.

«J’ai inclus ce qu’il prétendait que je lui devais dans la faillite pour pouvoir dire: ‘Eh bien, si on vous doit ceci et présentez des reçus ou quoi que ce soit… Vous serez payé dans ce genre de situation.’ Mais c’était la seule façon pour moi de continuer à travailler, donc.