Sexyy Red nie avoir participé à la bagarre à l'aéroport de Newark : « Ce n'était pas moi »

Sexyy Red a mis fin aux rumeurs sur son implication dans une bagarre à l'aéroport après que les images de sécurité de l'incident soient devenues virales avec son nom attaché.

Plus tôt cette semaine, une vidéo de plusieurs personnes se livrant à une violente bagarre à l'aéroport de Newark, dans le New Jersey, a fait surface en ligne. Selon TMZl'une des personnes arrêtées pour l'incident était le hitmaker de « Pound Town ».

Mardi 11 juin, elle a utilisé ses histoires Instagram pour réfuter l'information en partageant une image d'elle tenant un majeur avec la bande originale de sa chanson « TTG (Go) ».

Sur le selfie, elle a tamponné les mots : « DAT WASNT DF ME ».

Malgré son récent message, Sexyy a semblé admettre son rôle au lendemain du combat, en tweetant : « Aux personnes qui ont participé à cette altercation à l'aéroport, envoyez-moi un message afin que je puisse remplacer votre téléphone !! »

HipHopDX a contacté le service de police de l'autorité portuaire pour obtenir des détails sur la bagarre à l'aéroport, mais n'a pas reçu de réponse au moment d'écrire ces lignes.

Dans le même ordre d'idées, Jim Jones a récemment évité des accusations criminelles après s'être battu à l'aéroport de Fort Lauderdale en Floride avec deux autres hommes. Le mois dernier, le rappeur Dipset a blanchi son nom après que la police se soit ralliée à sa version des événements.

Selon le rapport de police, il a affirmé que l'incident remontait au moment où il s'était levé pour récupérer ses bagages dans le compartiment supérieur alors que son vol atterrissait.

Il a déclaré qu'un autre passager, James Dos Santos, l'avait poussé à la poitrine tout en le confrontant au fait qu'il avait rassemblé ses affaires avant que l'avion ne s'arrête complètement.

À son tour, le MC de New York a déclaré qu'il avait attrapé le bras de Dos Santos et l'avait mis en garde contre sa conduite, incitant l'homme à s'excuser.

Le natif de Harlem a ajouté qu'un autre passager du vol, Alexander Lekht, avait ensuite commencé à lui crier dessus, ce qui avait conduit les agents à être appelés à la porte d'embarquement.

Des documents juridiques indiquent que Lekht a continué à harceler Jones après le départ de l'avion. Les tensions ont ensuite débordé sur un escalier roulant, c'est à ce moment-là que Lekht et Dos Santos ont commencé à donner des coups de poing au hitmaker de « We Fly High ». Les images de surveillance de l’aéroport corroborent ce récit.

Le rappeur de 47 ans a néanmoins refusé de porter plainte contre ses agresseurs.

Peu de temps après que le clip ait commencé à faire le tour, Jones a évoqué l'incident sur Instagram et a écrit : « À toute ma famille, je suis bon, je vous aime, je vous envoie de nombreux appels et SMS pour répondre à Dieu, c'est bon. »