Lizzo « essaye désespérément de jouer le rôle de la victime », affirme l'avocat de l'accusateur de harcèlement

Le récent message de Lizzo sur l'abandon de la musique en raison de la négativité constante entourant son nom a suscité une réponse vicieuse de la part d'un avocat qui représente l'une des anciennes danseuses suppléantes de la superstar dans un procès pour harcèlement sexuel.

Dans une déclaration obtenue par Panneau d'affichage Lundi 1er avril, l'avocat Ron Zambrano, basé à Los Angeles, a écrit : « C'est une blague que Lizzo dise qu'elle est victime d'intimidation par Internet alors qu'elle devrait plutôt se regarder honnêtement. »

CHARGEMENT DE L'ANNONCE…

Il a poursuivi : « Son dernier message n'est qu'une autre explosion cherchant à attirer l'attention et à essayer de détourner l'attention de ses propres échecs alors qu'elle continue de blâmer tout le monde pour la situation difficile dans laquelle elle se trouve. La stratégie juridique et de relations publiques de Lizzo est un échec, alors elle essaie désespérément jouer la victime.

« Elle a déjà fait ces crises de colère enfantines. Personne ne croit réellement qu’elle arrête la musique. Mais elle devrait cesser de harceler sexuellement, d’humilier et d’intimider ses employés et enfin accepter la responsabilité de ses actes.

CHARGEMENT DE L'ANNONCE…

En faisant valoir son point de vue, il a également fait référence aux récentes allégations contre Diddy ainsi que contre l'ancien cadre de Nickelodeon, Dan Schneider.

« Elle peut faire disparaître tout cela simplement en saisissant l'opportunité ici de donner l'exemple, de reconnaître ses erreurs, de payer ce qui est dû à ceux à qui elle a fait du tort et de travailler à devenir une meilleure personne », a-t-il déclaré.

« La toxicité des célébrités empoisonne l'industrie du divertissement, Diddy et Dan Schneider en sont les derniers exemples, et la conduite de Lizzo ne sera pas non plus tolérée. Il n’y a pas de place plus sûre dans la société pour ce genre de comportement, car l’ensemble du secteur va devoir payer des comptes pour avoir permis un traitement aussi ignoble des employés sur le lieu de travail.

Fin mars, la femme de 35 ans a partagé un message franc sur Instagram, parlant des difficultés personnelles auxquelles elle est confrontée. Ces défis, selon la note, l'ont amenée à prendre la difficile décision de prendre du recul par rapport à l'industrie musicale.

CHARGEMENT DE L'ANNONCE…

« J'en ai assez de me faire traîner par tout le monde dans ma vie et sur Internet », a-t-elle écrit. « Tout ce que je veux, c’est faire de la musique, rendre les gens heureux et aider le monde à être un peu meilleur que ce que je l’ai trouvé. Mais je commence à avoir l'impression que le monde ne veut pas de moi.

«Je suis constamment confronté à des mensonges qui sont racontés à mon sujet pour mon influence et mes opinions… je suis la cible de la blague à chaque fois à cause de mon apparence… mon personnage est critiqué par des gens qui ne me connaissent pas et qui manquent de respect à mon nom. »

En signant, elle a déclaré : « Je ne me suis pas inscrite à cette merde – J'AI QUITTÉ. »