Fat Joe présente 50 Cent, Dipset, Ghostface Killah et plus au Harlem Apollo Show

La ville de New York, New York

Fat Joe a toujours le doigt sur le pouls de la culture Hip Hop, et cela était plus évident que jamais lors de ses nombreuses apparitions lors de son dernier spectacle.

Mardi 2 avril, le patron de Terror Squad a organisé le concert de Fat Joe & Friends au théâtre historique Apollo, dans le quartier de Harlem à New York.

CHARGEMENT DE L'ANNONCE…

Pendant le set, il a accueilli sur scène un certain nombre de vétérans du rap tels que 50 Cent, Ghostface Killah, Lil Kim, Ashanti, The LOX, Remy Ma et State Property, entre autres.

Consultez la liste complète des camées ci-dessous :

Le concert, organisé pour célébrer le 20e anniversaire du tube « Lean Back » de Joey Crack en 2004, comprenait également des performances de « Shook Ones, Part II » de Havoc de Mobb Deep, « Déjà Vu (Uptown Baby) » de Peter Gunz, « We Fly High (Ballin') » de Dipset et bien d'autres.

Découvrez les extraits de l’émission empilée ci-dessous :

En ce qui concerne l'honneur des personnes qui ont élevé le hip-hop au cours des dernières décennies, Fat Joe a récemment rejoint le groupe restreint de personnes qui ont montré leur soutien à Diddy au milieu de ses problèmes juridiques persistants.

Fin mars, l'homme de 53 ans a partagé ses réflexions sur les difficultés croissantes du magnat des Bad Boys lors d'une interview avec Chaud 97.

CHARGEMENT DE L'ANNONCE…

« Ce que je peux dire de la manière la plus respectueuse, c'est que je ne connais pas tous les détails », a-t-il déclaré. «Mais j'ai prié pour lui et sa famille. C'est mon ami depuis 30 ans. Et donc, je vais juste voir quel est le résultat, et je prie pour la meilleure chose pour lui, pour sa famille et pour toutes les personnes impliquées.

Il a poursuivi : « Donc, je ne manque de respect à personne. Je prie juste pour toute cette situation – tout ce cauchemar – je prie pour que cela disparaisse.

De même, Maino a également clairement indiqué sa position sur la question tout en se moquant de Rodney « Lil Rod » Jones, qui a intenté une action en justice contre le magnat pour agression sexuelle en février.

« Vous avez un mec nommé Lil Rod », a-t-il déclaré lors d'une interview sur Le spectacle d'alerte Baller. « Tout d’abord, il devrait y avoir une putain de pause sur son nom. Le nom du négro [is] Petit Rod ? C'est une pause.

CHARGEMENT DE L'ANNONCE…

Il a ensuite comparé les affaires d'agression sexuelle et l'enquête fédérale pour trafic sexuel contre l'homme d'affaires au COINTELPRO (COunterINTELligence PROgram) du FBI, qui ciblait des organisations jugées subversives telles que le Black Panther Party.

L'homme de 50 ans a déclaré avoir remarqué une dynamique similaire dans les plaintes et l'enquête contre Diddy, établissant des parallèles avec la technique de « mouchardage » du Bureau consistant à étiqueter faussement un membre d'un groupe ciblé comme un informateur de la police.

CHARGEMENT DE L'ANNONCE…

« [I]Si vous savez quelque chose sur les années 60 et ce qu'ils ont fait avec le leadership noir et tout ça, voici quelques-unes des tactiques », a-t-il ajouté. « Pour vous détruire, ils divisent et conquièrent.

« COINTELPRO, ce qu’ils feraient, c’est qu’ils diffuseraient de la désinformation. Laissez-nous nous regarder. Ils envoyaient des lettres et envoyaient des choses disant : celui-ci parle de celui-là, celui-ci s'est fait prendre en train de faire ceci. Et cela nous maintient désorganisés. En outre, la propagande alimentée par les médias est un outil utilisé depuis toujours.»